Parfois je repense à ma vie et je me demande...que ce serait-il passé si j'avais connue tout le contraire de ce qu'il m'est arrivé?Cela m'a fait comme un grand retournement je ne savais pas ce qui manquait,ce qui me manquait était l'evidence, être et vivre ce que je n'ai jamais été...et ce que j'aurais voulu être.J e ne comprenais pas mes ressentis et frustrations...Pourquoi l'envie d'être un enfant unique mâle qui serait choyé dans une famille élevée, aimante et qui prendrait toute en consideration ma personalité sensible et créative.Pas de jugements ou de justifications, juste de l'accompagnement, pas d'angoisse pour l'avenir car mes parents m'auraient créer en toute reflexion pour que je puisse avoir une assise qui me permette d'évoluer par moi même .de l'experience aussi, ils m'auraient permis de voyager, de voir le monde, de voir cette richesse de s'identifier, de rencontrer partager ressentir...d'oublier le temps qui passe et le remplir. Ne rien regretter de son enfance et aller de l'avant sans compter les heures ou les années à vivre le moment présent,trouver de l'entrain quelque soit l'age, l'envie d'avancer... j'aurais pu avoir aussi un grand frère complice qui m'aurait accompagné, montré un bout de chemin avant de passer la releve et une petite soeur qui pourrait compter sur moi, pour l'aimer et la proteger. Je repense a une grande cellule familliale ou chacun se parlerais, s'entraiderait, s'autoguerrirait patr la compréhention, l'écoute...comme une cellule familiale chaleureuse.J'aurais eu aussi des amis sans que je doivent faire des efforts vers eux, sans honte ni gene, ni justification, je me serait sentie à l'aise...On aurait vécu mille aventures dans une grand village de campagne, de mer où les étés sembleraient éternels sans soucis que de se préoccuper du présent cumulants les heureuses experiences ou ls échecs ensembles, on aurais apris a vivre en pleine nature,nos corps se débattraient sainement...pêche, camping, jouer les castors junior, parler d'avions et d'astronomie, reconnaitre les plantes et respecter les faune et la flore en les dessinant, les relatant-observant, on aurait vecu les plus beaux couchers de soleils, les milles aventures imaginaires sans que l'ont soit jugés ou dérangés, avec le temps je me serait trouvée un petit copin ou copine, peu importe les apparences quand on aime...j'aurais eu un chien qui me suivrait partout et qui me defendrait.Mes parents gentils me montrerait les choses de la vie en me guidant au mieux...J'aurais eu des grand parents que j'aurais pu chouchouter et que j'aurais rendu visite souvent.Je les auraient aidés au jardin, s'occuper des animaux, faire des cabanes et des ballades,on aurait partagé des moments de cuisine, de gateaux et patisseries, d'histoires d'antan et on aurait fait des grand repas de famiille sous un tilleul ou nous n'aurions entendu que les rires des grands et des petits, des papés jouants d'instruments pour nous faire danser...;Alors oui c'est utopique, mais bon sang pourquoi rejeter ou oublier....je n'ai rien vraiment vécu pleinement car on bride l'enfance par jugement, manque de considération et de temps...parce que ce monde court a sa perte selon ce systeme de choses; les familles sont desunies, ecorchés vives, livrées a elle-même..;on nait dans ce monde en prenant sur sois plus que quiconque car on est plus sûr qu'on ai notre place en ce monde, que ce soit pour les études, le marriage, le permis, tout coute un bras...et sous réserve de trouver un travail épanouissant et acheter une maison, même cela est devenu difficile.Au point que les gens font des enfants pour avoir des allocations pour survivre, mais que laissons nous a nos enfants quand ils viennent au monde?N'est-ce pas suicidaire au final?Avons nous réellement le droit d'avoir des enfants?

Mes parents n'étaient pas finis, ma soeur n'était qu'une fille blessé et aigrie qui voulait le faire payer a tous , mes deux frères se sont refermés, et on mis la distance, j'ai du evincer mon père car il nous faisais trop de mal et qu'on evoluait plus ensemble...Pareil pour sa mère qui se laissait bouffer par lui et qui racontait tout...pareille pour mon autre grand mère castratrice qui était témoins de jéhova radical et qui a plus proné pour un dieu vindicatif que d'amour, mon oncle mon cousin, moi-mêm tou le monde en on fait els frais...ma propre mère qui deviens aigris, pessimiste et négative en toute circonstances, qui baisse les bras, qu'ils faut comprends ret écouter...tout mes autres oncles et tantes qui devienent distants sans comprendre a cause de fausse rumeurs parce que je suis artiste intuitive, que je ne suis pas comme eux, parce que je philosophe, parce que je reflechie autrement, je dérange, on me dénigre, finir seule apart mon compagnon qui ne vient pas de ce milieu et de mes amis, me rends malade.Personne, n'écoute, chacun fait comme il veut et en attendant ils continuent leur médiocritée sans considérer les résultats foireux...

J'aurais aimé comprendre plus tôt ma sexualité plus tôt, mes capacitées, les études que j'aurais pu faire rellment au lieu de me contenter de ce là, je me sens toujours differentes pas supérieure..Qu'on explique  mes reves, mes intuitions, mes visions...J'ai du faire les choses la plupart du temps toute seule ou aider par des être supérieur pour depasser certaines pensées , carcans ou capacitées, j'ai vécue des choses uniques sacrées, j'ai pu toucher le ciel, j'ai pu toucher l'enfer..;et je vous assures qu'il n'y a rien d'extraordinaire pour vivre cela, tout cela s'applique a tout les niveaux de notre vie, je suis née plus conscience avec une bonne mémoire des choses, il n'est pas donné a tout le monde de se souvenirs de ses enciennes vies, le moment avant la naissance, le pendant avec toute les sensation et les peurs inclue..se souvenir du premier son dans la densité dans la peur, la douleur, l'abandon , les cris...puis la conscience qui nous quitte pour revenir quelques années après plus forte et qui vous rapelle qui vous êtes.Alors bien sûr je ne reproche pas au créateur-vie de m'avoir donné cette vie, il n'y a pas de hasard, encore aujourd'hui à 34 ans, je doute encore de mon but dans cette vie, je viens de perdre mon deuxième travail en 6 mois et je me dit que quelques chose se trame se profile depuis deux ans, depuis ma maladie, mes victoires, mes echecs, mes séparations, mes perditions,mes rencontres, mes folies, dois-je encore toucher le fond pour aller vers la lumière, ou bien me prépare ton a quelque chose?Je ne reste jamais trop longtemps inactive, j'ai besoin de combler ce coeur qu'on a laissé trop longtemps vide, je veux laisser ma trace sur cette terre, car je sais que quand je vais chez les autres, l'onde globale change et va dans le positif, il n'y a pas assez de gens pour representer ce qui est possible de representer parrait-il.Je suis dans les dernières lignes qui ferme la marche, je dois savoir un maximum de chose pour releguer, être consciente...Il  est vrai qu'il n'est pas obligé que ce soit toujours des gens de pauvre conditions qui le fasse, parfois la lumière a besoin d'éclairer les zones sombres.Mais la tache est vraiment ardue, je ne sais pas si je vais y arriver, ni comment, j'en suis a penser a ma propre survie, et j'etouffe de devoir tout le temps survivre, je n'atteins pas mon plein potentiel et cela m'effraie, cela me frustre, je me remplie d'ammertume, car j'ai l'impression d'avoir fait un faux depart, pas sûr que je puisse encore me proteger comme il faut...Me laisser aider je veux bien, mais la moitié sont pavé de bonnes intentions et l'autre ce sont des gens eux même en detresse...J'ai l'impression d'être toujours le juste milieu conscienent qui va se rater au moindre faux pas..au secours!!^^