Fil d’actualité

Aujourd'hui une page se tourne et je vous révèle enfin ce qui m'a pourri toute ma vie, cette sensation de n'avoir jamais été comprise, d'être en décalage, avancée dans certains domaines et parfois en recul avec des choses basiques, une aptitude sur plusieurs front en autodidacte, mon intuition fait parfois peur car efficace a 100 pour cent, et ma créativité diverses et mon problème de concentration vient de là.J'ai lu l'ouvrage de petit colin'je pense trop' et bien d'autre livre traitant sur le sujet car je voulais savoir pourquoi et comment gérer cette personnalité atypique, et je me reconnais enfin là dedans bien qu'une comportementaliste ma bien affirmé, que je faisait vraiment partie de ces gens surréficients.
Je ne voulais pas la croire à l'époque ça me semblai trop gros, une nigaude qui se dépréciait tout le temps car spontanée, maladroite, et pourtant avec le désir de faire toujours mieux dans le dépassement de soi pour retrouver sa confiance perdue, a l'idée même de penser que je pouvais être considéré comme surdouée aurait pu être mal perçu et aurait mis encore plus de distance avec les gens avec qui je voulait me fondre, me connecter, mais encore aujourd'hui je n'arrive pas a exprimer mes doutes qui sont perçu comme angoissant, mes choix qui sont perçu de façon infantile alors qu'il n'en ai rien.je comprends mieux ma façon de penser mais aussi que je ne suis pas la seule dans ce cas là.
Ce n'est pas une maladie, c'est juste un état d'être différent de percevoir la vie et qui encore mal connu car nous sommes a peine 30 pourcent de la population de faire partie de cette catégorie(le cerveau droit est maitre.^^).Le fait que nous avons besoin parfois de nous couper du monde n'est pas égoïste c’est juste que nous percevons trop, nous n'arrivons pas a assimiler autant d'information car nous sommes des capteurs, et nous captons tout, d’où le fait sur le moment de toujours choisir la meilleur option de pensé de parole...et parfois on nous demande très vite de répondre, nous nous trompons, bafouillons, et parfois blessons, alors que nous ne voulions pas, ressentons trop,nous sommes comme des éponges et nous avons besoin de le canaliser, notamment je le fait avec le chant,la musique l'écriture, le sport et le dessin.^^
D’où le fait exulté cette montagne d'information , car nous adorons monter des projets de bout a bout, autonomes, quand on est lancé on ne nous arêtes plus,nous adorons les défis et nous sommes très endurant pour aller au maximum...en comme des hyperactifs toutes les journée, nous en faisons toujours trop, chaque chose est une mission a laquel nous devons la mener a terme car nous nous assimilons a nos actes, expérience et infos, et rien n'est inutile en soi si on peu transmettre pour faciliter le projets des gens ensuite, une façon niaise de se croire nécessaire et utile a ce niveau je vous l'accorde, mais notre pensée en arborescence nous fait prendre plusieurs chemins en même temps, nous voyons tout les résultat avec un intelligent enchevêtrement de probabilités de cause a effet agrémentés inexpérience personelles et d'observations et nous devons tenir le rythme malgré tout. Nous sommes des drogués du travail, et si nous épurons pas un peu, il arrivera un jour ou le burnout se profile..Car pour bien fonctionner nous devons avant tout aimer ce que nous faisons une espèce de jouissance mentale. Nous sommes d'ailleurs plus mental que physique mais ça dépends les domaine.Avec notre esprit , notre imagination et créativité, nous pouvons recréer le monde, un monde déjà bien présent sur les bancs d'école, lorsque le système qui s'adresse a des cerveaux gauches nous étriquaient.j'étais persuadée d'être mauvaise élève autant dire qu'a l'école j'atais frustrée d'être parmi les dernières et puis il fallait gérer les problèmes de religions de ma famille et le divorce de mes parents, les de-management multiples, au collège, j'étais dans la moyenne, mais j’étais constamment agressée par le fait que je me sentait différente et que je ne m’intégrais pas , j'avais des réactions incompréhensible vis a vois des autres, bien sûr j'avais des amis du même cas alors on se soutenait du mieux qu'on pouvait et au lycée j’avais intégré enfin une branche épanouissante dans le design pub illustration, je ne vous cache pas que je faisait partie des meilleurs élèves qui avait même attiré l'attention du rectorat lors d'un control de visite (sans vouloir m'enorgueillir, c'est juste que j'ai enfin compris ce jour là en partie qui j'étais vraiment...), et le dessin et la rêverie faisait partit de mon univers...c'est qu'avec le temps que j'ai compris que j'avais beaucoup de capacités refoulées et mes professeurs se sont rendus compte, que j'avais un don pour le dessin, la musique, le chant et la capacité d'écrire des histoires...et le design, plus tard les langues et le sport viendrait se rajouter...a 6 ans je me souvient avoir créer un château fort avec des agrafes des cures dent et du papier a carreau...mais aussi des cabanes en bois pour les fourmis, j’observai beaucoup la nature , je voulais être une fée petite, par la suite au fur et a mesure de ma conscience apprentissage à 6 ans je voulais être sage femme, à 8 ans, aventurière, 10 ans, paléontologue, à 12 tenir un ranch pour chevaux et une ferme, a 14 ans, une elfe...oui a l'époque a cet age là on restait un peu niais...et il avait beaucoup d'analogie et de concept-idées qui s'ouvraient a moi sans que je les comprenne...
Beaucoup de mes capacités, gainaient ou surprenait les gens, car ils ne comprenaient pas pourquoi je faisait cela, pour certains c’était de la jalousie même de mes proches, une enfant avec des paroles étranges ça dérangeait...on me disait trop émotive, bipolaire, pas constante du tout, de tout prendre à cœur, de trop ressentir...et puis personne ne m'avait montré comment me canaliser, ma famille n'avait pas le moyens de me donner de grandes études, bien que ma mère voulait que j’aille au maximum pour ne dépendre de personne ni des hommes, ni des gens(j'avoue encore une fierté mal placé...mais Mum a toujours raison à se niveau là.^^)...il y avait de rare personne qui avait su déceler ces choses en moi mais je ne l'ai su que plus tard, ma prof de dessin, mon professeur de musique, certaines dame du CDI qui avaient tous plédoyés a m'envoyer dans un lycée a Montpellier ou je serais bien, ils m'ont soutenu car ils savait que sur les 400 élèves, je ferait partit des 20 retenus et ça n'a pas loupés...par la suite à la fin de mes études,j'ai eu beaucoup de ftrustration de ne pas pouvoir faire un bts car il n'était pas encore créer a ce moment là, et j'ai rejoint l'univesité de montpellier 3, une année chaotique, pourtant, le cerveau droit aurait du se sentir à l'aise, mais comme une bonne soldate parfois j'aimeais bien être cadré pour mieux m"parpiller, là trop d'infos et de nouveauté, m'ont fait perdre pied, ce 'nest pas ce que ej voulais faire comme études, mais ej voulais continuer avid e d'expérience et d'apprendre.J'aurais voulue intégrer une école de bd, graphisme, genre Angoulême, Emile chole ou les Gobelins, mais ma famille manquant d'infos et d'argent j'ai du me résoudre a l'université je n'y suis resté qu'un an en art plastique, une prof m'avait dans le collimateur et je su que ce n'était pas ma voie le plastique mais le graphique oui., et j'ai eu l'opportunité de pouvoir travailler dans un magasine national pendant un an, car je faisait beaucoup de convention et j'adorais le contact..information, ça ne voulait pas dire que je me sentait plus a l'aise avec les gens, j'étais comme un poisson dans l'eau dans mon domaine, mais j'étais aussi fragile qu'une feuille, aussi émotive et sensible que n’importe qu'elle fille de cet age là.Et a part mon père, ma sœur et ma grand mère, je rencontrait le premier manipulateur en dehors qui avait trouvé sa bonne poire pleine de rêves et d'espoirs sur les choses de la vie.J'intégrais une maison d’édition et je n'aurais de cesse de me donner à la tache pendant 12 ans dans cette maison d'éditions qui m'offrait opportunité, confort de vie par le salaire et indépendance, mais ce n'était qu'une couverture car je me sentais toujours seule et incomprise, alors je jouait des masques en sociétés(pas pour tromper, mais pour me protéger...^^), même ma relation avec ce toxique narcissique dura au moins trois enfer d'enfer de sadisme, d'humiliation, d'anéantissement de ma personnalité, il m'a rendu complètement folle et déconnectée alors que le fou c'était lui..je l'ai quitté abruptement avec l'aide de ma famille...sinon j'y serait restée.Je ne saurait trop vous conseiller la lecture des livres sur les pervers narcissique, ils vous en apprendrons beaucoup sur votre entourage;.., il a fallu que j'en prenne conscience pour que peu a peu je me reconquisse en éliminant , tranchant net de ma vie tout ceux qui ne faisaient que m’étouffer, me faire du mal...car je sais que j'ai bon fond et que je me refuse a prendre partit quoique ce soit, mais ce soit les gens qui s'évertue a vouloir me mettre dans des cases a croire que je choisi des clans, ...il n'en est rien.... pour moi ce sont des combats vains qui fatiguent, improductifs...ce ne sont pas mes valeurs spirituelles.
Sans spiritualité, je 'n’aurais pas pu m'en sortir aussi, j'ai développée, plus d’empathie, et j'ai cherché de puis a comprendre le côté social, philosophie et psychologie humaine dans mes domaine de recherche libération...Car le savoir libère...j'ai du me battre par la suite pour me libéré comme une guerrière et le mot n'est pas faible, pour me déjouer des membres de ma famille qui voulaient régenter ma vie a mon retour, 25 ans , mon beau père Robert et ses remarques aiguisées et la grand mère qui veut encore te faire rentrer dans cette religion les témoins de jéhova, ma mère avec sa façon pied noir de régenter ma vie(sérieux ils voulaient que je indépendantise sans aide ni infos, j'étais perdue, je ne trouvait plus le soutient de ma famille...frères et sœurs ne faisaient que critiquer aussi a cette époque...alors au bout de deux ans je suis partie par dégout, je devait être encore forte et prendre sur moi -même sans savoir ce qui m'attendrait, mais j’avais confiance en ce quelque chose qui m'accompagnait tout le temps;.., des que j'ai eu une promotion de ma maison d'éditions, je me suis lancée...)), ma vie que je soupçonnait manipulatrice émotive, et ça n'a pas loupé, plus mon père qui croyait encore m’assujettir a son savoir écrasant..;des que j'ai commençait a le dépasser il a eu peur que sa petite 'poupee' lui échappe et il est devenu plus violent avec moi, j'ai du couper les ponts car je voyais en lui quelqu'un de possédé, je voyais une ombre noir le posséder tout comme ma sœur et ma grand mère, mais encore une fois comment expliquer cela sans être montrée du doigt? Le meilleur moyen a été de couper net mes liens qui m’empêchaient de m’épanouir...Mes trois année a Narbonne furent les plus belles de ma vie après mes études au lycée, j'ai fait de l'humanitaire, je me suis intéressée a plein d'atelier spirituel, un club de poème, du yoga, de la rando pédestre et du roller, tout y passait.jej voulais comprendre, ressentir, me centrer, comprendre, en même temps j'avais trouvé en complément la garde d'une grande dame de Perpignan qui n'était pas moins la propriétaire de tout les casinos du sud de la France.une bonne protectrice, une amie avec le temps et jusqu'à ce jour et encore aujourd'hui il a encore beaucoup de femmes plus âgées qui ont été adorables et qui m'ont protégés, conseillées, aimées sans réserve,Elles m'ont soutenus et je les remercie encore.Mercie mesdames Vano, Desnoz, Marti, Molinet, les diverses Danielles, et madame Cyr, et beaucoup d'autres dames que je ne peux nommer...sans vous je en serait pas allé aussi loin, vous m'avez donné tout votre amour et votre compassion, Je suis revenue a la trentaine et certain d'entre vous connaissez mon histoire, j'ai du acheter un appartement pour mes trente ans, car deux CDI et selon ma mère c'était une opportunité a pas laisser passer... mais je doute que c'était la meilleure chose a faire, bref, me rapprocher de Perpignan, n'était pas la meilleure chose, a Rivesaltes pendant trois ans j'ai pu aussi m’épanouir dans le sport, la campagne et un retour de famille moins lourde mais j'ai du retrouver du travail et les choses ce sont envenimés dans ma famille une nouvelle fois, je ne prenais partit pour personne , j'essayais d'être a l'écoute de tout le monde, j'étais l’élément extérieur, qu'on esseulait parfois...mais je en leur en tenait pas rigueur..je ne cherchais plus a comprendre pourquoi, on venait me chercher que 'lorsqu’on avait besoin de moi, quand j'ai compris qu'on m'utilisais une nouvelle fois sans essayer de me connaitre, puis, j'ai cessé d'agir en disant oui a tout pour avoir de la reconnaissance...et pourtant on m'a encore obligé a choisir a me ranger, avec mon travail soutenu au Ccas , j'ai fini par tomber malade, et a m'auto détruire, car j'avais beaucoup pris sur moi ces dernières années a tout les niveaux.je ne souhaite a personne les choses soutenu a laquel je me suis confrontées, séparation, douleur, mort, maladie, dureté de la vie, en parellele beaucoup de fatigue et c’est là dans ce tumulte que Pierre est entré dans ma vie..une personne qui me ressemble beaucoup en tout point et je savais quand je l'ai vu la première fois qu'il ferait partit de ma vie.J'ai eu peur que ma personnalité atypique lui fasse peur, le fait que dans le couple je sois très indépendante, plurielles, surprenante, avec beaucoup d'humour discutable...bornée têtue et en plus réussir là ou les gens doute était ma spécialité, car je sais quand je vais réussir ou non et j'en démords pas, une personnalité très masculine, unisexe..., et une personnalité qui n'aime pas étouffer..;Je peux aimer sans posséder, ni jalouser , c’est la base, ça peut être perçu comme du pas sérieux ou je m'en foutisme alors que non....C’est difficile d'accepter quelqu'un de nouveau de partager sa vie quand déjà elle n'est pas facile, et j'avais baissé ma garde par tout ces soucis et problèmes, j'avais accepté qu'on m'aide et on me soutien une nouvelle fois, mais je me refusais que Pierre joue ce rôle là et des que je le pouvais je reprenais sur moi même je voulais aussi qu'il soit fier de moi et qu'il n'avait pas a s’inquiéter, je suis convaincue que lorsque je vais bien je suis une battante... il mérite autant le bonheur que moi, j'avais décidé que nous nous battrons ensemble contre tout ces puants et ces difficultés tout en partageant beaucoup de moments de bonheurs, de rires et de situations et de points commun sur notre vie que s'en était bluffant.^^ J'ai encore l'impression parfois de me reposer sur lui , mais il me dit que c'est ce qu'il demande..il faut comprendre que lorsque qu'on se bat tout une vie on devient suspicieux ou méfiant de la façon de laisser faire les personne a gerer vos vie en toutes confiance et moi, je dois faire un travail sur cela.^^ aujourd'hui je le vie mieux, car moins de jugement, mais quelques soient mes choix et mes gestes je suis toujours jugée car les gens ne veulent pas se donner la peine de mieux me connaitre ou me comprendre...et il faut une bonne excuse pour me faire sortir de ma grotte ou je me ressource.^^Oui par ce que Geek quand même , il faut le nourrir cet enfant intérieur et il a grand faim.^^
Pour bien fonctionner nous avons besoin de stimulation, de nouveautés, des objectifs a résoudre,avancer dans la vie, vivre sont temps, a comprendre, l'information fait partie de nos vie...alors oui nous sommes gentils la plupart du temps, un bon fond epris de justice, on aime pas les enculeries, les factices, les puants, et tout ce qui pourrait nuire ou entraver une action juste..., C’est pour cela que nous sommes victimes favorites des manipulateurs, nous sommes une 'espèce' stimulante pour lui a détruire.^^, Mais en ce qui me concerne, j'ai beau avoir un esprit ouvert, d’adaptations et compatissant, avec les evenements de la vie, j'ai appris aussi a me rapprocher de ce cerveau gauche à équilibrer les deux dans ce système aqueux essentiel qui produit l'unité centrale, ce fameux cerveau gauche malgré tout très utile maladroit, limité , étriqué qui semble fait de logique , sectoriser tout, trier tout...et de schéma comportementaux basiques qui parfois nous font peur tellement cela implique des choses par la non réflexion du acte ou d'un projet fait à la sauvette ou avec les pieds.Le surréficient s'organise toujours a l'avance ne laisse rien au hasard et est toujours désarmé quand il voit des choses des actes, qui ne mèneront a rien, lorsqu'il prévient on se moque de lui, quand ça se réalise, il est prier de fermer ça gueule car malvenue.Nous voilà dans la légende de Cassandre qui pouvait voir savoir mais qui ne pouvait rien dire et ne regarder que le résultat désastreux qui se défilait devant ses yeux.
Nous ne sommes pas des génies,nous ne sommes pas super intelligents dans la façon dont vous pouvez peut-être l'imaginer a ne pas confondre, nous voyons et ressentons le monde différemment et nos actes seront forcement différent que la plupart des gens car ils offrent et proposent d'autre manière de répondre a une question donnée.Ne jugez pas trop vite ce que vous en connaissez pas ou ne comprenez pas, observez et vous verrez qu'il y a des domaines ou nous sommes vraiment très utiles et complémentaires.^^Merci de m'avoir lue jusqu'au bout les plus vaillants.^^
Pour plus d'infos sur les surréficients je vous invite a lire ces articles:http://www.calay.be/douance.php
http://nature-o-sante.com/…/la-surefficience-mentale-quand-…
http://gappesm.net/…/…/Lauranne/surdoue-heureux-intelligent/